f
_

GRANDS REPORTAGES

SIX MOIS APRÈS EN TUNISIE

Un reportage de Frédéric Moray, Patrick Séverin et François Colmant. Le 14 janvier dernier, après un mois de manifestations intenses, le président tunisien, Zine-el-Abidine Ben Ali prend la fuite avec toute sa famille, ouvrant ainsi la porte à la démocratie dans son pays. Un départ qui signifie l’espoir pour tout le peuple tunisien, mais aussi partout ailleurs dans le Magreb, déclenchant des révolutions en Egypte, en Libye, en Syrie, à Barhein, etc. Six mois après la ce séisme citoyen qui pourrait changer la face géopolitique d’une partie du monde, que reste-t-il des espoirs nés de ce que les médias occidentaux ont appelé à tort la Révolution de Jasmin ?

LE MONDE NE TOURNE PAS ROM

Un reportage de Patrick Séverin et Maxime Amoranitis. Un an, d’avril 2010 à mars 2011. Un an et 20 rencontres pour essayer de mieux cerner qui sont les Roms et pourquoi ils sont si souvent montrés du doigt. De Madrid, Paris, Liège, Budapest, Timisoara, Sajokasa ou Rimavska Sobota, ils ont ramené des témoignages, des tranches de vie qui offrent un regard différent sur la plus grande minorité d’Europe.

KIGALI 2020, L’IMMIGRATION INVERSÉE

Un reportage de Frédéric Moray et Patrick Séverin, Prix Dexia de la Presse 2010. Ils sont jeunes, ils sont Belges et, pourtant, ils ont décidé de quitter l’Europe pour migrer vers le Rwanda, leur pays d’origine. Défiant l’image d’Epinal des migrations Sud-Nord, de nombreux jeunes Belges d’origine rwandaise décident en effet de retourner aujourd’hui participer au développement de leur terre natale. Quinze ans après le génocide, Frédéric Moray et Patrick Séverin ont choisi de s’intéresser à ces parcours qui s’inscrivent dans l’ambitieux projet de société “Vision vingt-vingt” qui clame que Kigali sera le Singapour africain d’ici 2020. Le phénomène est trop important et trop rare pour rester anecdotique et permet de révéler les rêves et les tourments qui dansent lascivement dans le Rwanda de Paul Kagame.

HEBRON, VILLE OCCUPÉE

Un reportage de Patrick Séverin. Fin 2008, quelques jours avant le bombardement de la bande de Gaza par l’armée israélienne, Patrick Séverin a passé une semaine à Hebron, ville hautement symbolique de l’impasse israélo-palestinienne. Il raconte son expérience d’un conflit larvé, vicieux, d’une guerre psychologique qui dure depuis des décennies. Un reportage de terrain qui tranche avec la majorité des informations généralement présentées dans les médias.

Reply