f
_

SIX MOIS APRES EN TUNISIE

Un reportage de Frédéric Moray, Patrick Séverin et François Colmant

à lire sur le blog

www.sixmoisapres.com

Est-ce un hasard si la Révolution est née à Sidi… par InstantsProductions

LE PROJET

C’était en décembre. Un jeune marchand s’immolait à Sidi Bouzid, un bled tunisien dont personne n’avait jamais entendu parler. La goutte de trop. Le processus s’enclenchait. Une colère, une contestation, une révolte. Une Révolution. Le 14 janvier 2011, Zine el-Abidine Ben Ali, dictateur intransigeant depuis 23 ans, fuyait une Tunisie euphorique. Le raz-de-marée continuait : l’Egypte faisait tomber Hosni Moubarak quelques semaines plus tard, l’Algérie, le Maroc grondaient, La Libye s’enflammait avant que la Syrie, Bahreïn ou le Yemen n’emboîtent le pas. En quelques mois, c’est tout le monde arabe qui a tremblé, provoquant des secousses jusque chez nous. La communauté tunisienne de Belgique (20.000 ressortissants) s’est et est toujours mobilisée. Même nos « Indignés » campant à Saint-Gilles, Ixelles ou Liège se revendiquent pour partie du mouvement lancé par la jeunesse tunisienne.

Dans quelques jours, le 14 juillet, cela fera six mois que Ben Ali a cédé face à la vague citoyenne. Six mois que la Tunisie se trouve face à un défi plus grand encore que celui de vaincre une dictature : instaurer la démocratie.

Les experts occidentaux ont prévenu les citoyens tunisiens : « Il y aura des troubles. Soyez prudents de ne pas faire trop de concessions au nom de la sécurité que vous aurez provisoirement perdue. »

Des troubles, il y en a. Si Ben Ali est parti, ceux qui rythmaient son système sont toujours là. Ils perturbent le processus. C’est normal. Les élections, prévues fin juillet ont été reportées à octobre. Le parti unique dissous, les nouvelles formations politiques affluent. Il y en a déjà une centaine. Oui, une centaine. Le tourisme, moteur économique du pays, connaît une sévère régression qui handicape toute la société. L’avenir est flou, les gens doutent et et les nantis d’hier n’attendent qu’une chose : laisser passer l’orage pour se refaire une place au soleil.

L’espoir démocratique est-il dès lors sur le point d’être tari ? L’élan citoyen va-t-il se briser contre l’immobilisme politique ? Ou le sacrifice de Mohamed Bouazizi, jeune vendeur ambulant à Sidi Bouzid, va-t-il s’inscrire dans l’Histoire aux côtés des plus grands ? C’est pour creuser ces questions que nous avons pris un vol pour Tunis.

Et si la vraie révolution tunisienne était seulement en cours ? Telle est la question à laquelle nous avons cherché à répondre

Tous les jours, du 1er jusqu’au 14 juillet, nous vous avons tenu au courant de nos découvertes, nous avons partagé avec vous notre voyage, nos rencontres et nos impressions.

QUELQUES PHOTOS

DANS LA PRESSE

Reportage paru dans les journaux du groupe L’Avenir le 16 avril 2011 : Six mois après, la Tunisie n’a rien résolu

Page 1 Page 2

Avec le soutien de la Fondation Roi Baudouin

Reply